L’Appel sauvage de Jack London/The call of the wild by Jack London

product_9782070401222_195x32023042003-couverture-de-cahier-vierge-isole-sur-fond-blanc

Buck, un chien domestique, vit heureux près de son maître dans une grande villa jusqu’au jour où, par intérêt, le jardinier l’enlève et le vend au patron d’un saloon avant qu’il ne passe entre les mains d’hommes partant pour le Klondike…

Attention !!! Ne vous arrêtez pas dans votre lecture ! Les apparences enfantines de cette histoire prennent fin ici…

Buck passe ensuite de propriétaires en propriétaires jusqu’à François qu’il idolâtre. Il assimile à coups de bâtons la loi du plus fort, se bat chaque jour pour sa nourriture. Pour sa vie. Enchaînant les privations, les échecs et les apprentissages, Buck se découvre. Car du plus profond de son être retentit un appel, l’Appel sauvage…

Je remercie Victor (du blog L’arbre à livres) de m’avoir proposé cette lecture commune car je serai passée à côté d’un magnifique roman. Cela vous surprendra peut-être mais je n’avais aucune envie de lire ce livre avant que Victor me le propose et avant d’apprendre au cours de ma lecture de la biographie de Jack London de Jennifer Lesieur, que la première traduction de L’appel sauvage en français avait été une très mauvaise traduction puisque la traductrice avait coupé des passages entiers pour l’adapter aux enfants. Je me suis alors rendue compte que le petit livre que j‘avais lu à neuf ans (une édition qui datait des années 70) n’avait rien à voir avec la « vraie » histoire et donc que ce n’était pas anormal que je n’ai pas aimé.

J’ai lu ce roman en édition bilingue, ce qui m’a permis de réellement apprécier l’écriture de Jack London et de me rendre compte de quelques petits détails. Le plus intéressant est que, en anglais, Buck est désigné par « he », il n’est donc pas considéré comme étant un animal mais un personnage et même presque une personne à part entière. Et effectivement, le narrateur attribue des pensées à Buck et nous parle également de ses sensations. Ainsi, tout au long de la lecture il développe le fait que Buck entend la voix de ses ancêtres qui vivaient à l’état sauvage, qu’il sent des facultés bestiales que des générations de domestication avaient enfouies remonter à la surface, qu’il découvre l’Appel sauvage. Et j’ai trouvé passionnante et très intéressante toute cette étude du retour à l’état sauvage, le parcours inverse à celui de Croc Blanc. Et ce retour à l’état sauvage s’accompagne de combats acharnés, de morts, de sang et de férocité : on est encore une fois bien loin du livre pour enfants annoncé !

Buck va d’aventures en aventures, la plume de Jack London est toujours aussi vivante, belle et entraînante ! Les paysages semblent défiler sous vos yeux au cours de votre lecture…

J’aborde maintenant la dernière partie de cette critique. Vous avez pu lire que j’ai décidé d’enregistrer des livres-audio, l’idée ne m’est évidemment pas tombée du ciel, j’ai en réalité découvert pendant ma lecture de l’Appel sauvage une série d’audio-books (en anglais) de ce roman.

La voix du lecteur est très belle, il prend son temps en lisant et rend ce texte d’un anglais assez sophistiqué très accessible ! N’hésitez pas à vous mettre à la VO ou aux éditions bilingue en même temps qu’aux audio-books, c’est vraiment très sympa !

183

Buck, a domestic dog, lives, happy near his master, in a great house until the day where, by interest, the gardener kidnaps and sells him to a saloon’s owner. Buck is sold after to men who are going to the Klondike.

 Warning!!! Don’t stop yourself in your reading! The children’s appearances of this story terminate here…

Buck meets a lot of owners until François who he adores. He assimilates with clubs the law of the strongest; fight every day for his food. For his life. Enchaining privations, misfires, discoveries and learning, Buck discovers himself. Because in himself the Call of the wild resounds.

I find this novel captivating and very interesting. Indeed, the narrator assigns thoughts to Buck and tells to us about his sensations. He develops, pages after pages, that Buck hears the voices of his ancestors who lived in wild, that he feels bestials faculties, that generations of domestication had erased, recover: that he discovers the call of the wild. I really liked this study about the return to a wild life, the inverse way of White fang. And his return to wild estate is accompanied by violent fights, dead people, blood and ferocity: we are very far of the children story!

Buck meets a lot of adventures; Jack London’s writing is always living, beautiful and rousing! The landscapes seems pass under you eyes during your reading…

Publicités

9 réflexions au sujet de « L’Appel sauvage de Jack London/The call of the wild by Jack London »

    • Je te conseille la VO, cela permet de vraiment avoir un aperçu de l’écriture de Jack London (en fait, les traducteurs se détournent parfois beaucoup du texte original…)!

      J'aime

  1. J’avais beaucoup aimé ce roman de J. London ! J’ai trouvé qu’il représentait extrêmement bien la dure réalité (c’est d’ailleurs, pour moi, le grand talent de cet auteur !)… Je tente en VO ? 😉

    J'aime

“Et il faudra me dire ce que vous en pensez réellement. Avant tout, j’ai besoin de critiques, vous comprenez.” Martin Eden, Jack London

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s