Le trafiquant d’épaves, de Robert-Louis Stevenson/The Wrecker, by Robert-Louis Stevenson

Bonjour à tous !

Je reviens après une absence un peu longue avec un article sur un roman de Robert-Louis Stevenson (qui a certainement influencé Jack London) : Le trafiquant d’épaves ! Il s’agit d’une lecture commune avec 100% lecture. Pour lire sa critique, c’est ici !

Je voulais également vous parler d’un tout nouveau blog que ma sœur, Mlle Jeanne, et moi avons créé : Deux pour Une ! Nous y parlons de notre passion pour la lecture à travers des critiques de livres de romans de genres très variés. N’hésitez pas à y passer !

 

image001 Fin du 19° siècle, Etats-Unis. Le père de Loudon Dodd rêve pour son fils d’une carrière financière alors que le principal intéressé ne pense qu’à l’art et à Paris, ville des artistes. Avec l’accord paternel, il part étudier la sculpture à Paris pour pouvoir ensuite réaliser des statues pour un monument de leur Etat du Muskegon. Il vit une existence d’étudiant dans le quartier latin, réalisant son rêve d’enfance mais sans que le talent suive. Dans une gargotte parisienne, il fait la connaissance d’un autre américain, Jim Pinkerton, correspondant à l’étranger pour l’une des gazettes de sa ville natale. Mais le père de Loudon meurt et il se retrouve démuni. Ses maîtres de sculpture lui ayant signifié qu’ils ne veulent pas embaucher un fils de bourgeois ruiné et sans talent, il se résigne à rentrer aux Etats-Unis où Pinkerton, rentré au pays depuis quelque temps, lui propose de s’associer à ses affaires. Des affaires commerciales constituées de petites et grandes arnaques, auxquelles Loudon vient apporter un vernis d’honorabilité.Il s’investit mais ne trouve aucun plaisir à aider son ami.

Un matin, les journaux de San Francisco font leurs gros titres sur le « Naufrage du Flying Scud ». Jim et Loudon décident d’acheter l’épave, estimée à dix mille dollars mais au moment de la vente aux enchères les montants s’envolent et eux suivent, galvanisés à la pensée qu’il y a une cargaison secrète, peut-être de l’opium dans le ventre du bateau. Qu’en est-il vraiment ? De mystère en mystère, des mers du sud à l’Angleterre, Loudon fera tout pour découvrir les vraies raisons du naufrage du bateau…

J’ai beaucoup aimé ce roman captivant et passionnant. Le personnage de Loudon, le narrateur, est très intéressant. C’est un jeune homme qui se cherche et qui nous permet de découvrir, à travers la branche de sa famille écossaise, le milieu bourgeois de la fin du 19° siècle. J’ai trouvé très sympathique le clin d’œil de l’auteur qui fait se rencontrer Loudon et Herman Melville sur une plage de San Francisco !

Au cours de notre lecture commune avec 100% lecture nous avons échangé nos impressions et nous étions d’accord pour dire que le début de l’histoire est très lent. Après réflexion je pense que c’est ce début qui rend Le trafiquant d’épaves unique. Car ce n’est pas un simple roman d’aventure mais une œuvre à la croisée des genres qui mêle l’aventure, donc, au policier tout en faisant le portrait d’un homme et de son parcours. La fin du roman m’a vraiment impressionnée. Le lecteur sent qu’il va se produire un ultime renversement de situation mais reste étonné et époustouflé par l’ingéniosité (et le talent de conteur, mais ça je vous laisse lire le livre pour le découvrir…) de Robert-Louis Stevenson ! Et l’écriture de l’auteur est très belle et maîtrisée, ne nous laissant pas d’autre solution que de dévorer ce roman !

image001

End of the 19th century, United-States. Loudon Dodd’s father wants a financial career for his son while Loudon is obsessed by the art and wants to go in Paris, the artists’ city. With the fatherly blessing, he finally goes to Paris, to study sculpture (he has to realize sculptures for the State of Muskegon). In a Parisian pub, he meets an other American, Jim Pinkerton, a press correspondent for an American newspaper. But Loudon’s father dies. Loudon, definitively blank, decides to go back in United States where he becomes a Jim’s collaborator (for his commercial business). One day, San Francisco’s newspapers tell that a boat, the Flying Scud has sunk. They decide to buy the shipwreck. But, during the auction, the prices soar. They finally buy the shipwreck, galvanized by the idea of a secret boatload… From mystery to mystery, Loudon will all do to discover the real reasons of the sinking…

I liked a lot this captivating and fascinating novel. Loudon’s character is very interesting. It’s a young man that is looking for himself and he allows us to discover the bourgeois environment of the 19th century. I find very nice the author’s wink who writes the meeting of Loudon and Herman Melville on a San Francisco’s beach!

I think that, even thought the beginning of the story is very slow, it’s this beginning that make The Wrecker unique! Because it’s not just and adventure novel but a work that gather adventure, detective novel while making the portrait of a man and his destiny. And the author’s writing is beautiful and well mastered… I find the end of the book very impressive. The reader feels that something important will happened but stay amazed by Robert-Louis Stevenson’s ingenuity!

 

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le trafiquant d’épaves, de Robert-Louis Stevenson/The Wrecker, by Robert-Louis Stevenson »

    • Oui, n’hésite pas à le lire, l’histoire est vraiment passionnante ! Merci, tu en penses quoi ? (si tu as des améliorations à nous proposer, on est preneuses !) 🙂

      J'aime

“Et il faudra me dire ce que vous en pensez réellement. Avant tout, j’ai besoin de critiques, vous comprenez.” Martin Eden, Jack London

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s