La Jetée Littéraire #5

Bonjour à tous ! On se retrouve pour la cinquième édition de la jetée littéraire!

image001 2

Un petit rappel des règles :

Chaque mois je tire au sort une catégorie (regroupant certains écrits de Jack London) parmi les 8 suivantes.

-Mer (et aventure)

-Société et politique

-Fantastique/Science fiction

-Grand nord

-Récits autobiographiques

-Poèmes

-Journalisme

-Correspondance

Ensuite je mets en relation avec le thème tiré au sort :

-un extrait (de textes de Jack London)

-une photographie (prise par Jack London)

-un thème (autre que celui de la catégorie) abordé dans un texte

RETOUR au présent : Je tire au sort le thème du Grand Nord !

wpid-img_20150615_090643.jpgwpid-img_20150615_090700.jpg

Jack London a écrit de nombreux romans et nouvelles sur le thème du grand Nord, tellement qu’il est considéré par beaucoup comme un « écrivain du Grand Nord », ce que je trouve extrêmement dévalorisant compte tenu de l’étendue bien plus vaste de ses écrits (ce rendez-vous étant là pour le démontrer! 🙂 ). Voici ses principaux écrits sur le Grand Nord:

image002image001 11/ion²`46ˆ.°ÐÏ.8Ì/ÐÏ.?image001 9image001 8image001image001 5image001 7image001 6image001 4image001 3image001 2image001Les livres déjà critiqués:

L’avis d’un ami, Mécrivain, sur Croc Blanc à retrouver ici !

Mes avis sur:

-Construire un feu, ici !

–Radieuse Aurore, ici !

–Smoke Bellew, ici !

-L’appel de la forêt, ici !

Comme expliqué dans les précédentes Jetées Littéraires, à chaque fois que je tirerai le thème du Grand Nord, je vous proposerai le résumé, un extrait et mon avis si je l’ai lu à propos du livre concerné !

Aujourd’hui j’ai choisi de vous parler de L’amour de la vie :

image001 6Résumé de l’éditeur :Dans ce recueil de nouvelles, Jack London conduit le lecteur dans les contrées solitaires de l’Alaska, où l’humanité apparaît avec toutes les servitudes et les grandeurs de la vie primitive.
Kipling avait décrit les Anglais aux Indes, Jack London retrouve en Alaska les rudes gaillards américains, les chercheurs d’or, les aventuriers de l’absolu, qui bravent le froid et l’adversité pour gagner leur pain et témoigner de leur amour de la vie.

 » Il attendit. Les crocs se refermèrent doucement ; leur pression s’accentua ; le loup puisait dans ses dernières forces pour essayer d’enfoncer ses dents dans la nourriture qu’il attendait depuis si longtemps. Mais l’homme aussi attendait depuis longtemps, et sa main lacérée se referma sur la mâchoire. Lentement, pendant que le loup luttait faiblement et que la main serrait faiblement, l’autre main parvint à se placer pour assurer une prise. Cinq minutes plus tard, le corps de l’homme pesait de tout son poids sur celui du loup. « 

J’ai très envie de lire ce recueil de nouvelles, qui ont toutes l’air plus passionnantes les unes que les autres ! Une idée de lecture pour cette été !

Et vous, l’avez vous lu ? Souhaitez-vous le lire ?

Publicités

“Et il faudra me dire ce que vous en pensez réellement. Avant tout, j’ai besoin de critiques, vous comprenez.” Martin Eden, Jack London

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s