La Jetée Littéraire #6

Bonjour à tous ! On se retrouve pour la sixième édition de la jetée littéraire!

image001 2Un petit rappel des règles :

Chaque mois je tire au sort une catégorie (regroupant certains écrits de Jack London) parmi les 8 suivantes.

-Mer (et aventure)

-Société et politique

-Fantastique/Science fiction

-Grand nord

-Récits autobiographiques

-Poèmes

-Journalisme

-Correspondance

Ensuite je mets en relation avec le thème tiré au sort :

-un extrait (de textes de Jack London)

-une photographie (prise par Jack London)

-un thème (autre que celui de la catégorie) abordé dans un texte

RETOUR au présent : Je tire au sort le thème des Récits autobiographiques !

wpid-img_20150615_090736.jpg      wpid-img_20150615_090835.jpg

Jack London a écrit de nombreux romans à caractère autobiographique. Il nous fait ainsi part d’un aspect précis de sa vie comme l’alcoolisme ou évoque à plusieurs reprises une maison de la vallée de la lune, qui n’est autre que son ranch !

Ses principaux romans autobiographiques (comprendre des récits où l’on retrouve des éléments de sa vie et non pas une autobiographie) :

¥Siono¿hëS`4Ȑ¿XXXXXXXXXXXXXXX   image001   ac959-martineden-couverture   image001   image001   image001   image001   image001

Romans déjà critiqués sur le blog :

Martin Eden, ici

La Route, ici

Aujourd’hui j’ai choisi de vous parler de la croisière du Snark car je compte le lire bientôt ainsi que le carnet de bord tenu par Charmian London, la femme de Jack London, lors de leur voyage sur le Pacifique.

image001Résumé de l’éditeur : Réédition de l’odyssée de Jack qui parcourt le Pacifique sur un navire construit il y a tout juste cent ans et qu’il apprendra à gouverner « sur le tas », en cours de route, après la désertion du capitaine. Ce voyage ne fut pas seulement pour lui l’occasion d’envoyer les articles qui constituent ce livre et dans lesquels il décrit avec l’humour et la ferveur qu’on lui connaît un monde dont la beauté sauvage semble être un hymne à sa liberté chérie – hymne d’autant plus déchirant qu’il commence à être assourdi par cette drôle d’invention qu’est le progrès. Il fut aussi l’occasion pour lui d’écrire parmi ses plus grands livres – dont Martin Eden –, de se découvrir un don pour le surf – son texte en lance la mode aux États-Unis – et de voir, mélancolique, son corps épuisé poser des limites à sa nietzschéenne volonté.

« Et comment peut-on trouver du temps pour étudier la navigation, alors qu’on est partagé entre ces tracas [constituer un équipage, mettre en place une logistique, etc.] et celui de gagner de l’argent qui permettra de les vaincre ? Ni Roscoe ni moi ne connaissons un traitre mot sur la navigation. L’été s’en est allé, nous nous préparons à partir, les difficultés se multiplient et notre caisse est vide. Qu’importe ! il faut des années pour acquérir la science nautique ; nous sommes tous deux des marins et, si le loisir nous fait défaut, nous laisserons là livres et instruments et apprendrons par nous-mêmes à naviguer sur l’océan, entre San Francisco et Honolulu. »

Jack et Charmian London prévoyaient de faire le tour du monde sur leur bateau, le Snark. Seulement la construction du bateau prit du retard, le personnel était incompétent et tous les ennuis qui vont suivre, comme leurs découvertes nous sont racontées ! J’ai vraiment hâte de commencer ce journal de bord ! 

 



 

Publicités

2 réflexions au sujet de « La Jetée Littéraire #6 »

“Et il faudra me dire ce que vous en pensez réellement. Avant tout, j’ai besoin de critiques, vous comprenez.” Martin Eden, Jack London

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s