La Jetée Littéraire #9

Bonjour à tous ! On se retrouve pour la neuvième édition de la jetée littéraire !

image001 2Un petit rappel des règles:

Chaque mois je tire au sort une catégorie (regroupant certains écrits de Jack London) parmi les 7 suivantes.

-Mer (et aventure)

-Société et politique

-Fantastique/Science fiction

-Grand nord

-Récits autobiographiques

-Poèmes

-Journalisme

Ensuite je mets en relation avec le thème tiré au sort :

-un extrait (de textes de Jack London)

-une photographie (prise par Jack London)

-un thème (autre que celui de la catégorie) abordé dans un texte

RETOUR au présent : Je tire au sort le thème du Journalisme !

wpid-img_20150615_091020.jpg   wpid-img_20150615_091039.jpg

Dans la première Jetée Littéraire, je vous expliquais que Jack London a été reporter de guerre. Il a également écrit des articles de journaux à l’occasion de situations de crises comme le tremblement de terre de 1906 de San Francisco.

Vue prise depuis California et Mason Streets, sur Nob Hill : les décombres du quartier des hôtels de luxe, l'hôtel de ville, et ce qui reste de Mission District, le quartier le plus ancien de la ville.

Vue prise depuis California et Mason Streets, sur Nob Hill : les décombres du quartier des hôtels de luxe, l’hôtel de ville, et ce qui reste de Mission District, le quartier le plus ancien de la ville. (extrait de Jack London, photographe)

« La suite illustrera l’ampleur de l’incendie et l’incapacité des hommes à anticiper son extension. Vendredi, à vingt heures, j’ai traversé Union Square. la place était envahie de réfugiés. Des milliers de gens couchaient dans l’herbe. Le gouvernement avait dressé des tentes, on préparait un dîner et les réfugiés faisaient la queue pour avoir leur repas gratuit. » Récit d’un témoin visuel, Jack London

Jack London prendra des dizaines de clichés du désastre, sur le moment et après le tremblement de terre, alors que des milliers de personnes n’ont plus de maison. Les dégâts furent estimés à 3000 morts et près de 500 millions de dollars de reconstruction.

Alors qu’il avait dit à sa femme, Charmian, ne pas vouloir écrire sur cette catastrophe, Jack London finit par accepter (pour rembourser ses dettes) d’écrire un long article pour la revue Collier’s : Récit d’un témoin visuel.

 

 



 

Publicités

“Et il faudra me dire ce que vous en pensez réellement. Avant tout, j’ai besoin de critiques, vous comprenez.” Martin Eden, Jack London

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s