La Jetée Littéraire #15

Bonjour à tous ! On se retrouve pour la quinzième édition de la jetée littéraire!

image001 2Un petit rappel des règles :

Chaque mois je tire au sort une catégorie (regroupant certains écrits de Jack London) parmi les 8 suivantes.

-Mer (et aventure)

-Société et politique

-Fantastique/Science fiction

-Grand nord

-Récits autobiographiques

-Poèmes

-Journalisme

-Correspondance

Ensuite je mets en relation avec le thème tiré au sort :

-un extrait (de textes de Jack London)

-une photographie (prise par Jack London)

-un thème (autre que celui de la catégorie) abordé dans un texte

RETOUR au présent : Je tire au sort le thème de la correspondance !

wpid-img_20150615_091516.jpg   wpid-img_20150615_091526.jpg

Jack London a tenu deux sortes de correspondance pendant sa vie, une correspondance classique, notamment avec ses filles et une correspondance fictive avec une amie Anna Strunsky.

wpid-wp-1432916111230.jpg           image001

Aujourd’hui je voudrais vous parler de Je suis fait ainsi pour plusieurs raisons. Premièrement parce que j’ai très envie de le lire et deuxièmement à cause d’un article du Magazine littéraire datant d’il y a plus d’un an et où le journaliste prenait parti contre Jack London (même s’il y a une remise en contexte assez intéressante). Le titre en lui-même de l’article est parlant « Croc Noir face à ses filles« . C’est un article qui m’avait beaucoup énervée sur le moment, avec du recul, je me rend compte que ce qui est très désagréable c’est que l’une des faces les plus sombres de Jack London est montrée dans ce livre (comment, terriblement en colère contre son ex-femme qui l’éloigne de ses enfants, il devient très dur avec eux dans ses lettres). Et c’est horripilant de tomber sur un article qui ne traite qu’un aspect d’une personne, ne montrant que le pire.

image001Résumé de l’éditeur : Jack London avait deux filles, Joan et Becky. Il avait divorcé de leur mère alors que les fillettes avaient quatre et trois ans. Perpétuellement en voyage, c’est par ses lettres qu’elles apprennent à le connaître, à mesure qu’il se dévoile. C’est un père affectueux, mais exigeant, et certains passages cinglants attestent de son caractère explosif. Mais qu’il raconte des épisodes de son enfance, qu’il parle de ses livres ou du pouvoir des mots, de natation ou d’un devoir d’anglais, son style reste inimitable et éblouissant.

Ces lettres révèlent l’intimité d’un écrivain à la personnalité hors du commun et, par leur qualité d’écriture, elles constituent une œuvre véritable, inattendue et bouleversante.

C’est donc une correspondance, plongeant dans l’intimité de la famille London, que j’ai très envie de lire, malgré des avis souvent négatifs !

Publicités

“Et il faudra me dire ce que vous en pensez réellement. Avant tout, j’ai besoin de critiques, vous comprenez.” Martin Eden, Jack London

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s