Documentaire « Jack London, une aventure américaine » sur arte

Bonjour à tous !

J’espère que vous avez passé un joyeux Noël ! 🙂

Avant de vous parler du documentaire actuellement diffusé sur arte à propos de Jack London, je voulais juste m’expliquer rapidement sur l’activité au ralenti du blog. Je lis toujours autant de livres de/sur Jack London, j’ai toujours mille et une idées d’articles à poster sur le blog (je m’en veux d’avoir presque abandonné les articles biographiques…) mais je n’ai plus autant de temps pour écrire mes articles. C’est pour cela que je suis passée à un article par mois environ et que les articles ne sont plus bilingues (plus le temps encore une fois). Je compte bien me rattraper cet été, en attendant rendez-vous dans quelques semaines !

Aujourd’hui je voulais donc vous parler de  :

Il a été diffusé une première fois début décembre et repassera demain, le 28 décembre ainsi que le 12 janvier, toujours sur arte !

J’étais très curieuse de découvrir ce documentaire réalisé par Michel Viotte, puisque je suivais depuis l’été dernier les images du tournage diffusées sur facebook. En effet, il se compose d’une partie filmée (qui a une vocation d’illustration), d’une partie d’archives avec des photographies et des manuscrits filmés et d’interventions des experts américains de la vie et de l’oeuvre de Jack London. J’ai trouvé que le documentaire replaçait très bien la vie de Jack London dans son contexte historique, c’est à dire l’expansion industrielle et urbaine qu’a connu les Etats-Unis à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Le film reste linéaire (on commence avec l’enfance de Jack London, on termine avec sa mort) mais on ne s’ennuie à aucun moment, les scénaristes ayant réussi à trouver un très bon équilibre entre les interviews des « experts » et la partie purement narrative.

Ce documentaire est une manière très sympathique de découvrir la vie de Jack London, et, pour ceux qui la connaîtraient déjà assez bien, les avis des professeurs de lettres à l’université ou autres « experts » interviewés sont vraiment très intéressants (même si parfois très subjectifs et très centrés sur L’appel sauvage). On a donc une sorte de double lecture qui permet à toute la famille (pour parler de mon expérience personnelle 🙂 ) d’apprécier ce superbe documentaire (qui cumule déjà plus d’un million de téléspectateurs) !

Bref, si vous ne l’avez pas déjà vu, vous savez ce qu’il vous reste à faire 😉 !

 

Yoko

PS : Un livre a été publié par les réalisateurs du documentaire :  Les vies de Jack London. Je l’ai reçu à Noël et je vous donnerai donc mon avis le plus tôt possible !



Centenaire de la mort de Jack London !

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, comme vous avez pu le voir dans le titre, est le jour du centenaire de la mort de Jack London !

Jack London est en effet mort le 22 novembre 1916 dans son ranch de Glen Hellen en Californie dans la Vallée de la Sonoma. De nombreuses rumeurs ont couru à propos de cette mort si rapide – il n’avait que quarante ans. Beaucoup ont voulu croire qu’il s’était suicidé (comme le héros de l’un de ses romans très autobiographique, Martin Eden), mais les spécialistes penchent plutôt aujourd’hui pour un décès suite à une crise d’urémie.

En quarante ans d’existence, Jack London a publié plus d’une centaine de textes, dans des genres très différents. Il reste célèbre pour ses nouvelles et romans mais a aussi écrit des pièces de théâtre, des poèmes et des articles de journaux (des textes un peu plus particuliers que j’avais essayé de vous faire découvrir dans les Jetées Littéraires).

Si vous souhaitez en savoir plus sur sa vie, je vous renvoie aux différents articles du blog, à la biographie de Jennifer Lesieur et à celles de Bernard Fauconnier et Yves Simon !

Ce centenaire, qui passe plutôt inaperçu, est tout de même un événement, de nombreuses librairies ont fait leur vitrine avec des livres de Jack London un peu partout en France, une édition des textes de Jack London est éditée à la Pléiade (j’avais été très enthousiaste en l’apprenant mais je boude cette édition depuis que j’ai appris que ni Radieuse Aurore ni Le vagabond des étoiles n’y serait publié 😦  ).

Je profite donc de ce jour un peu particulier pour vous parler de Jack London autrement. Aujourd’hui pas d’avis sur ses romans, ni d’article biographique. Je vous emmène dans le ranch de Jack London !

En effet j’ai eu la chance de partir en vacances à côté de San Francisco cette année et j’en ai profité pour visiter cet endroit assez particulier, chargé d’histoire(s) (c’était surprenant de reconnaître certains endroits juste d’après des descriptions dans ses romans) et parfois très utopiste (Jack London se lançait dans tout un tas d’innovations en agriculture et en élevage qui n’aboutissaient pas toujours).

Tout d’abord des photos prises à Oackland, ville d’où Jack London était originaire (et très décevante, ce n’est qu’un port industriel, sans attrait particulier) :

img_1963  

Une reconstitution du first and last chance saloon...

Une reconstitution du first and last chance saloon…

Une statue de Jack London...

Une statue de Jack London…

Et des photos de son ranch de Glen Hellen : (je m’excuse pour la piètre qualité des photos, j’ai eu des problèmes d’appareil photo)

Sa machine à écrire (également celle de sa femme Charmian qui tapait à la machine certains de ses textes pour lui)

Sa machine à écrire (également celle de sa femme Charmian qui tapait à la machine certains de ses textes pour lui)

Le séjour de Jack et Charmian London

Le séjour de Jack et Charmian London

img_20161122_165943.jpg

La petite pièce où Jack London écrivait la nuit (il n'avait besoin que de très peu d'heures de sommeil).

La petite pièce où Jack London écrivait la nuit (il n’avait besoin que de très peu d’heures de sommeil).

img_20161122_165958.jpg

La maison de Jack et Charmian, normalement provisoire mais qui (suite à l'incendie qui dévasta leur maison ) devint définitive.

La maison de Jack et Charmian, normalement provisoire mais qui (suite à l’incendie qui dévasta leur maison ) devint définitive.

Les ruines de leur "Wolf House", leur maison idéale dans laquelle ils n'eurent pas le temps d'habiter.

Les ruines de leur « Wolf House », leur maison idéale dans laquelle ils n’eurent pas le temps d’habiter.

La tombe de Jack London (idem pour photo suivante)

La tombe de Jack London (idem pour photo suivante)

img_20161122_170106.jpg

 

Voilà, c’est tout pour cet article ! J’espère qu’il vous aura plu ! Qu’en avez-vous pensé ? Vous êtes intéressé par les multiples éditions de livres sortis à l’occasion de ce centenaire ?

Yoko



Vidéos sur Jack London!

Voici un petit article présentant deux vidéos you tube à propos de Jack London.

La première est un assemblage de photographies plus ou moins d’époque (vous en avez croisées certaines dans mes articles) et présentant la vie de Jack London en photo. Je ne conseille pas aux bilingues parmi vous d’écouter la voix off. J’ai cru comprendre que certaines informations étaient fausses ou bien certaines choses étaient incomplètes. En tout cas, j’ai trouvé les extraits à la fin très bien choisis et intéressants! 🙂

C’est par hasard que j’ai découvert cette vidéo, via un article à propos de Martin Eden de Jack London qu’une blogueuse avait posté sur livraddict- forum que, pour ceux qui ne connaîtraient pas, je vous encourage à aller découvrir.

Lire la suite

Jack London de Jennifer Lesieur

image001 3Article à l’origine posté le 3 août 2014!

Je vous propose aujourd’hui la critique de la première lecture commune de ce blog ! Il s’agit d’une lecture commune avec Safran du blog Coffee and books de Jack London, une biographie sur Jack London de Jennifer Lesieur. Je vous mettrai le lien de sa critique dès qu’elle l’aura publiée !

Quatrième de couverture:

Qui n’a pas frissonné à la lecture des aventures de Croc Blanc ? Qui n’a pas connu mille vies avec Martin Eden ? Qui n’a pas voulu embarquer sur le Snark ou vivre en immersion parmi les clochards de Londres ? Jack London ne vécut que quarante ans (1876-1916), mais son existence extraordinaire inspira la plupart de ses romans et nouvelles. Ouvrier, pilleur d’huîtres, chasseur de phoques, correspondant de guerre, photographe, infatigable militant socialiste, homme de convictions et de contradictions, bourreau de travail, bourlingueur… Lire la suite

L’enfance de Jack London/Jack London’s childhood

Article posté à l’origine le 7 mai 2014!

 

Jack London naît le 12 janvier 1876 à San Francisco, au 615 Third Street. Il est le fils illégitime de Flora Wellman et (c’est la supposition la plus répandue) de William Henry Chaney. Il reçoit à la naissance les prénoms de John Griffith. Quelques mois avant sa naissance, son père (supposé) abandonne sa mère après que celle-ci eu refusé d’avorter. A la suite de ça, Flora Wellman, enceinte, tente par deux fois de se suicider, sans résultat. Lire la suite

Biographies

Article posté à l’origine le 13 avril 2014!

 

Courte présentation du père et de la mère de Jack London ainsi que de son père adoptif:

William Henry Chaney, 13 janvier 1821-8 janvier 1903. C’est le père de Jack London. Astrologue de métier, il rencontrera Flora Wellman à Seattle.

Flora Wellman, 17 août 1828-4 janvier 1922. C’est la mère de Jack London. Issue d’une famille bourgeoise, une maladie grave la rendra presque naine et chauve et d’un caractère assez instable.

Lire la suite