L’adaptation BD de Martin Eden !

Bonjour à tous !

On se retrouve aujourd’hui pour un article sur l’adaptation de Martin Eden (de Jack London, comme d’habitude 😉 ) en bande-dessinée.

bdmartineden  Je vous remets mon résumé du roman, dont ma critique est à lire ici.

Un marin, Martin Eden, sauve un jeune bourgeois dans une bagarre d’ivrogne. Il ne se doute alors pas que ce dernier l’invitera ensuite chez lui à diner pour le remercier. Il y rencontre Ruth, la soeur du jeune homme, et tombe amoureux d’elle mais sait que cet amour est impossible. Elle est belle, cultivée, originaire d’une famille riche. Il est pauvre et travaille sans relâche depuis le début de son adolescence. Pourtant, Martin Eden va espérer. Va rêver de pouvoir s’élever dans la société. De réussir à se cultiver. Il abandonne la mer et se lance à corps perdu, tout d’abord dans la lecture et l’apprentissage des connaissances qui lui font défaut puis dans l’écriture. Espérant ainsi la gloire. Espérant ainsi voir son amour récompensé.

Cette adaptation, signée Denis Lapière et Aude Samana a été publiée à l’occasion du centenaire de la mort de Jack London aux éditions Futuropolis.

J’avais dévoré le roman, en partie autobiographique, et il m’avait plu pour la complexité du personnage de Martin et pour son évolution psychologique. Au fur et à mesure des rencontres, il découvre l’amour mais perd également ses illusions. Dans cette adaptation, on retrouve le nœud principal de l’intrigue, on sent que le roman a été analysé, décortiqué et que les auteurs ont choisi avec soin les scènes à garder. De même, le personnage de Martin a gardé son importance, sa consistance, mais cela n’a été possible qu’au détriment des autres personnages. Ruth perd ainsi en nuances, son amour pour Martin est atténué (et reste toujours plus ambigu que dans le roman) et elle finit par incarner à elle seule l’hypocrisie sociale.

extrait bd martin edenOn sent dans cette adaptation un déséquilibre intentionnel entre l’écrit et l’image. En effet les magnifiques illustrations, peintes avec précision et s’adaptant à chaque personnage ainsi qu’à son milieu social, occupent une place très importante par rapport au texte et surtout aux dialogues (qui paraissent un peu pâles comparés à ceux de Jack London).

En conclusion, cette bande-dessinée se lit avec plaisir pour ses illustrations colorées et réalistes et ses choix scénaristiques fidèles au roman. Toutefois, elle n’a pas su me marquer et ses dialogues sembleront certainement un peu fades aux lecteurs de Jack London. Cette adaptation s’adresse aux curieux, aux passionnés et à tous ceux qui souhaiteraient découvrir l’intrigue de l’un des romans les plus célèbres de Jack London !

Yoko



Publicités

The old man and the sea, by Ernest Hemingway/Le vieil homme et la mer, d’Ernest Hemingway

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je voulais vous parler du Vieil homme et la mer, un roman dont l’auteur, Ernest Hemingway, a certainement été influencé par Jack London. Il s’agit d’une lecture commune avec Marinette du blog Les lectures de Marinette. Pour lire son avis, cliquez ici !

                      wpid-img_20150622_170049.jpg     image001

 Cela fait quatre-vingt-quatre jours que Santiago n’a pas pêché un seul poisson. Chaque soir il rentre au port, les filets vides. Chaque soir Manolin, son ancien élève l’attend et prend soin de lui. Cependant le vieil homme reste certain que le quatre-vingt-cinquième jour lui portera chance et qu’il attrapera un poisson d’une taille gigantesque.

 La mer, le soleil, le vent, la solitude, la ténacité, la difficulté de l’effort, la peur, la tension, la résignation, la fatigue. Autant d’éléments, d’émotions et de sentiments que voit et que vit Santiago. Et que le lecteur a l’impression de voir et de vivre avec lui. Lire la suite

Le trafiquant d’épaves, de Robert-Louis Stevenson/The Wrecker, by Robert-Louis Stevenson

Bonjour à tous !

Je reviens après une absence un peu longue avec un article sur un roman de Robert-Louis Stevenson (qui a certainement influencé Jack London) : Le trafiquant d’épaves ! Il s’agit d’une lecture commune avec 100% lecture. Pour lire sa critique, c’est ici !

Je voulais également vous parler d’un tout nouveau blog que ma sœur, Mlle Jeanne, et moi avons créé : Deux pour Une ! Nous y parlons de notre passion pour la lecture à travers des critiques de livres de romans de genres très variés. N’hésitez pas à y passer !

 

image001 Fin du 19° siècle, Etats-Unis. Le père de Loudon Dodd rêve pour son fils d’une carrière financière alors que le principal intéressé ne pense qu’à l’art et à Paris, ville des artistes. Avec l’accord paternel, il part étudier la sculpture à Paris pour pouvoir ensuite réaliser des statues pour un monument de leur Etat du Muskegon. Il vit une existence d’étudiant dans le quartier latin, réalisant son rêve d’enfance mais sans que le talent suive. Dans une gargotte parisienne, il fait la connaissance d’un autre américain, Jim Pinkerton, correspondant à l’étranger pour l’une des gazettes de sa ville natale. Mais le père de Loudon meurt et il se retrouve démuni. Lire la suite

La jeunesse de Corto Maltese d’Hugo Pratt/The Early Years, by Hugo Pratt

1904-1905 : Durant la guerre russo-japonaise, alors que l’un des généraux russes s’est rendu, un jeune militaire sibérien du nom de Raspoutine se mutine et tue son capitaine. Pour s’en sortir vivant, de meurtre en meurtre, il parvient jusqu’à un reporter de guerre qui n’est autre que Jack London*. Ce dernier ne fait tout d’abord rien pour l’aider et retourne à son métier de journaliste sur la ligne de front où il règne un très grand désordre. En effet des renforts russes sont arrivés pour faire face à l’armée japonaise. L’équipe de reporters tente d’en apprendre plus, London se dispute alors avec un lieutenant japonais.            Jack London croise à nouveau la route de Raspoutine dans un village chinois, il tente toujours de se cacher. Il lui propose alors de partir pour l’Afrique avec son ami : Corto Maltese. Seulement le lieutenant japonais que London a offensé est un ninja, et il l’a provoqué en duel… Lire la suite

Trois questions à Charlotte Bousquet !!!

Dans son prochain roman à paraître en septembre aux éditions Gulf Stream, Charlotte Bousquet, l’auteure notamment de Lune et l’ombre, évoque à plusieurs reprises des romans de Jack London. J’ai donc saisi l’occasion de pouvoir interviewer une auteur contemporaine qui a été influencée par Jack London. Merci à elle d’avoir accepté de répondre à mes questions !

Philosophe de formation, Charlotte BOUSQUET a écrit une trentaine de romans et au moins autant de nouvelles. Auteure engagée, passionnée par l’histoire, la poésie et les contes, elle est aussi à l’aise dans les univers de fantasy que dans les récits historiques. » (source : site des éditions gulf stream) Elle a récemment publié le deuxième tome de Lune et l’ombre.

A quel âge avez-vous découvert les écrits de Jack London ? Lequel de ses recueils de nouvelles et romans avez-vous préféré ? Par quelle œuvre conseilleriez-vous à un jeune d’une quinzaine d’années de commencer ?

Je connaissais comme tout le monde L’appel sauvage et Croc-Blanc, romans que j’ai adorés (au même titre que ceux, moins connus de J.O. Curwood). Mais j’ai découvert les nouvelles de Jack London assez tard. Et la vie de cet écrivain humaniste et engagé aussi, du coup. J’ai trouvé qu’il était très intéressant de le faire intervenir, par le biais de ses nouvelles, dans l’Europe de 14-18. Lire la suite

Adaptation de la nouvelle « Construire un feu » de Jack London à l’écran !!!

Bonjour à tous !

Je viens vous parler aujourd’hui d’un très beau projet d’adaptation d’une nouvelle de Jack London Construire un feu à l’écran.

Cet animé d’une dizaine de minutes sera réalisé par FX Goby, le réalisateur, notemment, d’un court dessin animé, très émouvant « En tous brazos », et sera produit par Composite Films. Mais la réalisation ne débutera qu’à la fin d’une campagne de crowfunding visant à récolter 25000 euros

La nouvelle « Construire un feu » débute à l’orée d’une forêt dans le Klondike, un homme s’apprête à marcher une journée entière sur un piste par -70°C pour retrouver ses camarades. Dès les premières lignes on sent que quelque chose de terrible se prépare, et comme le chien de l’homme, on se prend à espérer que ce trappeur se décide à construire un feu pour s’arrêter… Toute cette nouvelle est construite sur une réelle tension qu’éprouve le lecteur, l’homme survivra-t-il ?

Cette nouvelle est réellement captivante. Il n’y a aucun dialogue, fait rare dans les textes de Jack London, mais le texte est très vivant, fascinant. On apprend au cours de la nouvelle comment un homme du Klondike se défend face au froid et résiste, quels gestes il adopte, ce que le protagoniste n’aurait pas dû faire…

C’est donc une nouvelle que je vous recommande de lire, très courte, elle se révèle passionnante !

Le film d’animation est donc une adaptation de cette nouvelle, qui paraîtra en 2016 sur les écrans, pour célébrer les 100 ans de la mort de Jack London. Voici le trailer et quelques images :

 

image001

Je trouve les dessins très épurés et les contrastes de couleurs magnifiques… *_*

image001Donc, si vous souhaitez donner de l’argent pour que ce dessin animé voie le jour dans de bonnes conditions, vous avez jusqu’au 22 décembre. Je précise également que lorsque vous envoyez votre argent, vous recevez en échange divers cadeaux tels que un livre illustré, un couteau, etc (Voilà c’était le petit moment pub). En tout cas, pour plus d’informations n’hésitez pas à visiter le blog de cet animé et le site de crowfunding !

Personnellement j’ai hâte de voir ce dessin animé dans son entier!

Et vous, qu’en pensez vous?

Herman Melville (a writor who had influenced Jack London)

Article posté à l’origine le 18 juin 2014!

 

L’oeuvre d’Herman Melville a certainement influencée celle de Jack London et, -de façon plus flagrante que son roman « Moby Dick« -sa vie, aussi mouvementée que celle de Jack London, nous le montre.

Herman Melville, né à New York le 1er août 1819, était le deuxième garçon d’une famille de 8 enfants.
Son père, dont les affaires d’importations avaient particulièrement souffert  de la crise, mourut lorsqu’il avait 13 ans, laissant sa famille dans une situation critique.
Lire la suite