La Jetée Littéraire #17

Bonjour à tous ! On se retrouve pour la dix-septième édition de la jetée littéraire !

image001 2Un petit rappel des règles:

Chaque mois je tire au sort une catégorie (regroupant certains écrits de Jack London) parmi les huit suivantes.

-Mer (et aventure)

-Société et politique

-Fantastique/Science fiction

-Grand nord

-Récits autobiographiques

-Poèmes

-Journalisme

-Correspondances

Ensuite je mets en relation avec le thème tiré au sort :

-un extrait (de textes de Jack London)

-une photographie (prise par Jack London)

-un thème (autre que celui de la catégorie) abordé dans un texte

RETOUR au présent : Je tire au sort le thème du GRAND NORD !!!

wpid-img_20150615_091754.jpg   wpid-img_20150615_091728.jpg

Jack London a écrit de nombreux romans et nouvelles sur le thème du grand Nord, tellement qu’il est considéré par beaucoup comme un « écrivain du Grand Nord », ce que je trouve extrêmement dévalorisant compte tenu de l’étendue bien plus vaste de ses écrits (ce rendez-vous étant là pour le démontrer! 🙂 ). Voici ses principaux écrits sur le Grand Nord:

image001 12 image002 image001 11 /ion²`46ˆ.°ÐÏ.8Ì/ÐÏ.? image001 9 image001 8 image001image001 5 image001 7 image001 6  image001 4 image001 3 image001 2 image001

Les livres déjà critiqués:

L’avis d’un ami, Mécrivain, sur Croc Blanc à retrouver ici !

Mes avis sur:

-Construire un feu, ici !

Radieuse Aurore, ici !

Smoke Bellew, ici !

Comme expliqué dans les précédentes Jetées Littéraires, à chaque fois que je tirerai le thème du Grand Nord, je vous proposerai le résumé, un extrait et mon avis si je l’ai lu à propos du livre concerné!

Aujourd’hui je voudrais vous parler de Parole d’homme !

image002Résumé de l’éditeur : Il est des lieux inhospitaliers où survivre implique la confiance en l’autre, ami, frère ou compagnon de route, et où la parole donnée, si elle est tenue, peut être ce qu’il y a de plus précieux pour rester en vie. Qu’en sera-t-il de ce chercheur d’or qui confie à son associé le soin de ramener pour lui sa fiancée de San Francisco ? Que deviendra ce prospecteur du Grand Nord qui regagne le monde et « oublie » la famille qu’il a fondée avec une belle Indienne ? Et que penser de ce père au regret d’avoir vendu sa fille… pour en avoir mal négocié le prix ?
Publié en 1904 dans le sillage de L’Appel sauvage, ce recueil évoque ce qui pourrait bien être, aux yeux d’un Jack London, conteur idéaliste et remarquable, une éthique du monde sauvage.

Ce recueil de nouvelles, qui promet un humour assez noir, a l’air passionnant !

Et vous qu’en pensez-vous ? L’avez-vous lu ?